En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Barbara Kruger

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste américaine (Newarle, New Jersey, 1945).

L'œuvre de Barbara Kruger est une remise en question, par le jeu de la relation texte-photo, du statut de l'image et de ses modes de signification. Après avoir travaillé comme maquettiste pendant une dizaine d'années pour les Conde Nast Publications, elle mêle en 1978 le texte et l'image dans un livre, Picture/Reading, juxtaposant des vues d'appartements de la classe moyenne à une description de la vie des habitants. Tout au long des années 80, Barbara Kruger utilise des photographies de grand format provenant d'illustrations, de publicités découpées, juxtaposées et recadrées, fréquemment des objets, des animaux, des visages ou des mains en gros plan (Achetez-moi, je changerai votre vie, 1984), souvent encadrés de rouge. Introduits dans des bandeaux dans le champ de l'image, des textes, dans un jeu d'opposition visuelle et de contraste de sens, s'adressent au spectateur. Cette relecture critique vient perturber le fonctionnement traditionnel de l'image-publication et remettre en cause les valeurs économiques, les rapports sociaux et les relations hommes-femmes traditionnellement établis (et utilisés comme support constant par l'image publicitaire) [Sans titre, La surveillance est votre raison d'être, 1984]. La relation texte-photo ainsi créée prend un sens critique évident et, parallèlement, pousse le spectateur à rechercher une valeur narrative nouvelle, ouverte à l'œuvre. Exposant régulièrement ses travaux dans les galeries Crousel-Hussenot à Paris (1984-1987) et Mary Boone à New York (1987-1989), l'artiste a présenté son œuvre en 1984 au Nouveau Musée de Villeurbanne et en 1989 au château de Rivoli.