En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Pater Krafft

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre autrichien (Hanau-sur-le-Main  1780  – Vienne  1856).

Fils d'un émailleur, il commence ses études à l'Académie de Vienne en 1799, mais, dès 1802, quitte cette ville pour Paris, où il est élève de David et de Gérard. En 1804, il s'installe définitivement à Vienne (Baptême de Clorinde, 1810, Vienne, Österr. Gal.). À partir de 1811, il se consacre à la peinture d'histoire. En 1823, il est nommé professeur à l'Académie et, en 1828, directeur de la Galerie impériale du Belvédère. Selon sa conception, couramment admise à l'époque, le rôle principal de la peinture d'histoire est de retracer des événements contemporains.

Krafft inaugure, avec ses tableaux inspirés des guerres napoléoniennes, comme l'Adieu du soldat et le Retour (1813, Vienne, Österr. Gal.), un genre très apprécié dans la Vienne ancienne. L'artiste développe infiniment plus de liberté, non sans payer son dû à l'esprit Biedermeier, dans les 3 peintures murales à l'encaustique qui ornent la salle de la Hofburg à Vienne et illustrent des Épisodes de la vie de l'empereur François (1826-1833), dont les sujets auraient été choisis par l'impératrice Carolina Augusta.