En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Barend Cornelis Koekkoek

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Middelburg 1803  – Clèves 1862).

Fils aîné et élève du peintre de marines Johannes Hermanus Koekkoek, il se forma à l'Académie d'Amsterdam, voyagea en Belgique, en Rhénanie et en Allemagne centrale. En 1826, il s'installa à Hilversum et en 1832 devint membre de l'Académie d'Amsterdam. Fixé à Clèves en 1834, il fonda en 1841 une Académie de dessin, qu'il dirigea jusqu'à sa mort. Il fut distingué dans les Salons parisiens en 1840, en 1843 et en 1855. Paysagiste, il procède de l'école hollandaise du xviie s., ajoutant à sa leçon le sens romantique de la lumière et le détail anecdotique propre au xixe s. Ses motifs de prédilection furent les vues de landes et des forêts, bordées de montagnes, en été ou en hiver (Paysage de montagne au soleil couchant, 1849, Rotterdam, B. V. B. ; Paysage d'été à la rivière, 1831, château de Neuwied am Rhein). En 1962, le catalogue de F. Gorissen répertoriait 432 tableaux, parmi lesquels de rares portraits (Autoportrait, v. 1857, musée de Clèves). Il est représenté notamment à Amsterdam (musée Fodor et Rijksmuseum), à Brême (Kunsthalle), à Cologne (W. R. M.), au musée de Leipzig. Il rédigea ses souvenirs en 1841 (Herinneringen en Mededeelingen van eenen Landschapschilder, Amsterdam). Son frère Marinus Adrianus subit son influence.