En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicolaus Knüpfer

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand, actif à Utrecht (environs de Leipzig v.  1603  – Utrecht 1655).

S'étant d'abord formé à Leipzig, puis à Magdebourg, il fréquente l'atelier d'Abraham Bloemaert à Utrecht en 1630 et est mentionné à la gilde de cette ville en 1637 comme " passant ". En 1640, il s'y marie et y demeure jusqu'à sa mort. Peintre de scènes mythologiques et bibliques et de quelques tableaux de genre, Knüpfer subit dans ses débuts l'influence d'Elsheimer et plus encore celle de Bramer, mais l'alacrité même de sa facture et son aisance à réunir un vif naturalisme et une peinture d'histoire sérieuse et allégorique, dans la meilleure veine des caravagesques maniéristes d'Utrecht, font de lui un artiste original et vivant, qui exercera la plus heureuse influence sur son principal élève, Jan Steen. Le style de Salomon adorant les idoles (v. 1635, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum) illustre bien cette époque charnière de la peinture hollandaise qui aboutira finalement à Rembrandt et à son cercle. Avec le Mariage de Tobie et Sara de 1654 et le Dégustateur de vin, le musée d'Utrecht offre un choix bien représentatif de ce peintre très doué, sorte de Claude Vignon néerlandais, dont les œuvres sont également conservées à l'Ermitage, au Rijksmuseum, à Brunswick (Herzog Anton Ulrich-Museum), à Dresde (Gg), à Copenhague (S. M. f. K.), à Munich (Alte Pin.), à Oldenburg (Landesmuseum) et dans les musées de Bourges et de Narbonne.