En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sir Godfrey Kneller

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre anglais d'origine allemande (Lübeck  1646  – Londres  1723).

Il travailla à Amsterdam avec F. Bol vers 1666 avant de partir pour l'Italie en 1672, où l'on présume qu'il rencontra Bernin et Maratta. Il retourna en Allemagne en 1675. Arrivé en Angleterre en 1676, il attira l'attention de Vernon, secrétaire du duc de Monmouth, ce qui lui valut de faire les portraits de ces derniers. Il voyagea probablement à l'étranger entre 1677 et 1683, car aux alentours de 1680 son style révèle une certaine maturité, alors que son œuvre antérieure est dans la tradition conventionnelle de Lely et de Wissing. Sa Duchesse de Portsmouth (1684, Goodwood House, Sussex) devint, pour une génération au moins, le type du grand portrait d'apparat. Kneller exécuta les effigies de Charles II et de Jacques II, reçut, en 1688, la charge de " principal painter " du roi, qu'il partagea avec John Riley jusqu'à la mort de ce dernier, en 1691, et, l'année suivante, fut nommé chevalier. Vers 1690, il exécuta une suite de portraits (les Belles de Hampton Court, Hampton Court), par esprit d'émulation avec les fameuses Belles de Windsor de Lely. Plus tard, l'abondance de sa production entraîna le relâchement de son style et une certaine négligence d'exécution. Comme Lely, l'artiste avait un atelier très achalandé, ce qui l'obligeait à faire appel à de nombreux collaborateurs. Bien qu'il ait ainsi exécuté beaucoup d'œuvres de qualité médiocre, Kneller pouvait se surpasser, en particulier lorsqu'il cherchait vraiment à rendre la personnalité et le caractère de ses modèles (Matthew Prior, 1700, Cambridge, Trinity College). L'une des meilleures illustrations de son talent réside dans la série des 42 Portraits du club des Kit-Kat, exécutés entre 1703 et 1721, avec notamment celui de Jacob Tonson (1717, Londres, N. P. G.). Mais les poses généralement conventionnelles et les visages dépourvus d'expression qui abondent dans l'œuvre de Kneller ont dominé de son vivant le portrait anglais, et ce style s'est perpétué fort avant dans le siècle, avec des peintres comme Jonathan Richardson. Kneller fut le premier gouverneur de la première académie de perfectionnement des artistes en Angleterre en 1711. Il est représenté dans les musées d'Amsterdam, d'Anvers, de Brunswick, de Budapest, de Dresde, de Florence, de Glasgow, de Saint-Pétersbourg et particulièrement bien à Londres, à la N. G. et à la N. P. G. : l'Empereur Charles VI, George Ier, George II, Isaac Newton, Jacques II, Robert Harley.