En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edward Kienholz

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste américain (Fairfield, Washington, 1927  – Hope, Idaho, 1994).

Après avoir travaillé successivement dans un hôpital, un orchestre, le commerce de voitures d'occasion, etc., Kienholz produit en 1954 ses premiers reliefs en bois peint. En 1961, il achève son premier environnement : Roxy's, qui porte le nom d'une célèbre maison close de Las Vegas, dont il reproduit fidèlement les détails caractéristiques et jusqu'aux prostituées. Kienholz ne dédaigne pas l'humour : les soldats du War Memorial plantent héroïquement un drapeau sur une table de jardin, et The Art Show (en 1963 à Paris et en 1977 à Berlin) comporte une bande-son sarcastique à l'égard du public des vernissages. Pourtant, c'est sur le mode du réalisme et de son excès qu'il piège le spectateur, lui renvoyant l'image (ce n'est certes pas par hasard qu'il conserve à ces environnements le nom de " tableau ") d'une vie plus conditionnée par son cadre minable qu'elle n'en est l'organisatrice. Tandis que des visions de prunes confites... (1964, Paris, M. N. A. M.) montre la chambre typique d'un intérieur " low middle class " américain des années 50, rendant tout à la fois minable et touchante la sexualité qui vient de s'y exprimer, ou celle qui s'y apprête (The Beanery, 1965, Amsterdam, Stedelijk Museum). Une bourse permit à Kienholz de partir pour Berlin en 1973. Il fut également récompensé par le Guggenheim Museum en 1975. En 1981, il a annoncé son intention de ne plus signer ses œuvres qu'en collaboration avec sa femme, Nancy Redding, compte tenu de la part importante assumée par celle-ci dans son travail (The Silver Buck Stops here, 1987). Parmi les expositions récentes qui lui ont été consacrées, il faut mentionner " Kienholz in Context " (1984, Cheney Cowles Memorial Museum, Spokane, Washington), " The Oxymandias Parade " (1986, Portland Center for the Kunsthalle, Düsseldorf, et Museum moderner Kunst, Vienne), l'exposition Kienholz (1954-62), à Houston, et la rétrospective consacrée à l'artiste (New York, Los Angeles, Berlin) en 1996-1997. Il est représenté au Stedelijk Museum d'Amsterdam, au Walker Art Center, Minneapolis, au M. N. A. M. de Paris et au musée d'Épinal (Vosges).