En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Anton Kern

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Tetschen, Bohême, 1710  – Dresde 1747).

Le peintre Lorenzo Rossi s'occupe de l'apprentissage du jeune Kern durant un an à Dresde, puis l'emmène à Venise, où Kern est l'élève de Pittoni pendant sept ans. L'artiste retourne en Bohême, où il peint de nombreux tableaux pour les églises (Sainte Agathe, Prague, église de Lorette) et pour le couvent d'Osek ainsi que pour le comte Czernin à Prague, où il est mentionné en 1735. Appelé en 1738 à Dresde pour exécuter les décorations à l'occasion d'une fête de mariage, il est chargé de fournir les projets pour les plafonds et les tableaux d'autel de la nouvelle église catholique de la cour. Ceux-ci sont très appréciés par le roi Auguste III, qui décide de l'envoyer à Rome pour parfaire ses études. La construction de l'église de la cour de Dresde ne s'achèvera qu'en 1756, après la mort de Kern ; ses projets ne purent donc être réalisés.

À Rome, de 1738 à 1741, il subit l'influence de Trevisani, que l'on décèle dans le Massacre des Innocents (Dresde, Gg), qu'il envoie à son mécène. De retour à Dresde, il est nommé peintre de cour et se livre dès lors à une abondante production de tableaux allégoriques et mythologiques. Un souci d'élégance, des drapés vivement colorés et largement déployés, des visages pointus et des expressions parfois lourdes caractérisent ces œuvres : Loth et ses filles (musée d'Augsbourg), Renaud et Armide (Francfort, Städel. Inst.), Diane et Bacchus, Flore et Vénus, Jésus parmi les docteurs (musée de Nuremberg). Le trait vibrant et nerveux des dessins rappelle la manière vénitienne (Alexandre et la famille de Darius, id. ; Scène de sacrifice, Dresde, cabinet des Estampes).