En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ferdinand Keller

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Karlsruhe 1842 – Baden-Baden 1922).

Après avoir séjourné au Brésil avec sa famille, il s'inscrit à l'Académie de Karlsruhe (1862-1866) auprès de Schrimer et Carron. Il y aborde la peinture de paysage et d'histoire. Ayant voyagé en France (1866) et en Italie (1867-1869), où il fait la connaissance de Feuerbach, il revient à Karlsruhe comme professeur (1873) puis directeur.

Sa peinture d'histoire, riche en couleur et très décorative, lui valut dès l'origine une reconnaissance immédiate : la Mort de Philippe II d'Espagne (1867, présentée à l'Exposition universelle de Paris la même année) fut son premier succès. Il bénéficia de commandes du grand-duc de Bade (Türkenlouis, 1877-78, Karlsruhe, Kunsthalle) et poursuivit jusque vers 1900 la tradition de la peinture réaliste et coloriste dont K. von Piloty fut le précurseur : l'éclat qu'il donna à l'école badoise à la fin du siècle lui valut le surnom de " Mackart badois ". Néanmoins, sous l'influence de Böcklin, Keller s'intéressa au paysage et s'engagea après 1900 dans une voie symboliste : dans le Tombeau de Böcklin (1901, Karlsruhe, id.), l'univers transparent et sombre est envahi d'une végétation luxuriante et étrange.