En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Albert von Keller

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Gais, canton d'Appenzell, 1844  – Munich 1920).

Fort célèbre de son vivant, ce peintre de salon munichois évolua dans un milieu élégant, où il puisa son inspiration. Autodidacte, il s'engagea dans la voie de Makart ; il perfectionna sa technique dans l'atelier de Ramberg. Le succès remporté par son Chopin (1873, Munich, Neue Pin.), qui représente deux auditrices passionnées du musicien, confirma sa renommée de peintre mondain, et il fut recherché pour ses portraits féminins. Sa peinture brillante évoque d'une touche pétillante des intérieurs luxueux, des toilettes chatoyantes (la Femme de l'artiste sur fond rouge, 1896, Munich, Neue Pin.). L'atmosphère galante de ses salons se retrouve dans ses idylles antiques. Vers le milieu des années 1880, Keller découvrira dans la mystique et le somnambulisme une nouvelle source d'inspiration, comme le montre son œuvre majeure, la Résurrection de la fille de Jaïre (1886, Munich, Neue Pin.), et ses nombreuses études exécutées dans les dépôts mortuaires. Une psychologie de l'horrible et de l'extase est mise en scène à grand renfort de moyens théâtraux, et les peintures de sorcières au bûcher ou de charmeurs de serpents —thème de prédilection de l'artiste— anticipent les films d'épouvante (la Martyre, v. 1895, Francfort, Städel. Inst.). Il est représenté au musée de Bâle, à Hambourg (Kunsthalle) et surtout à Munich (Neue Pin.).