En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tadeusz Kantor

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste et metteur en scène polonais (Wielopole 1915  – Cracovie 1990).

Peinture et scénographie, deux disciplines étudiées par Kantor à l'académie des Beaux-Arts de Cracovie (1934-1939), sont abordées tout au long de sa carrière sans aucun cloisonnement. Sous l'occupation allemande, en 1942, il crée, à Cracovie, un théâtre expérimental clandestin— activité qui aboutit, en 1955, à la fondation du Théâtre Cricot 2 où s'affirment les bases de sa création dès la Pieuvre (1957) de Witkiewick. Chaque élément de représentation (texte, acteurs, objets, scène) doit perdre toute fonction d'illustration, tout caractère utilitaire, afin de se voir conférer une réalité autonome. Se crée alors entre eux un champ de tension relationnel à partir duquel peut advenir une autre réalité. Interprétation psychologique, illusion ou imitation sont bannies de son art. Théoricien, il jalonne son parcours de nombreuses publications : manifeste du Théâtre informel (1960), manifeste " Emballages " (1962), manifeste " Le Théâtre de la mort " (1975). À partir de la fin des années 1960, ses happenings connaissent une notoriété internationale— la Classe morte (1975) est donnée en 1977 au Festival d'Automne à Paris. En 1967, il reçoit le prix de peinture à la Biennale de São Paulo. Le Centre Georges-Pompidou lui consacre, en 1989, une exposition (le Voyage).