En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

James Duffield Harding

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre, lithographe et aquarelliste britannique (Deptford 1797  – Barnes 1863).

Par son père, dont il fut l'élève à ses débuts, il recueillit la tradition de P. Sandby. Il travailla également avec Prout et le graveur J. Pye et exposa dès 1811 des paysages à la Royal Academy. Associé de la Watercolour Society en 1820, il en fut élu membre en 1821. Il eut un succès constant durant toute sa carrière, originale en ce qu'il manifesta toujours un grand intérêt pour les questions d'enseignement. Ses recueils lithographiques ont ainsi souvent une valeur pédagogique (Sketches at Home and Abroad, 1836 ; Harding's Portfolio, 1837 ; The Park and the Forest, 1841) et Harding les compléta par de nombreux ouvrages techniques (Principles and Practice of Art, 1845 ; Lessons on Trees, 1852). Il voyagea incessamment en France (Normandie), en Italie, en Allemagne et aux Pays-Bas (Rhénanie et Moselle), accumulant ainsi des vues et des paysages repris ensuite dans ses aquarelles et ses recueils, typiques de la lithographie anglaise et romantique. Il publia aussi d'après d'autres artistes : Gothic Ornaments d'après Pugin, 1821 ; Views of Pompei, 1828 ; Subjects from the Works of R.P. Bonington, 4 vol., 1829-30 ; Antiquities of Ireland, 1830 ; Costumes of the French Pyrénées d'après Johnston, 1830. Cette activité le rendit célèbre en son temps : il fut le maître de Ruskin, qui le comparait sur certains points à Turner.