En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

The Eight

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Premier mouvement d'art américain du xxe s., The Eight (" les Huit "), groupe conscient de créer une expression appropriée à une ère nouvelle, doit son nom à l'union de 8 peintres qui — tous rejetés par l'Académie nationale de dessin — exposèrent à la Macbeth Gal., à New York, en février 1908 : Arthur B. Davies, William Glackens, Robert Henry, Ernest Lawson, George Luks, Maurice Prendergast, Everett Shinn, John Sloan. Ils étaient unis par une vive amitié ainsi que par un commun mépris pour la médiocrité des cercles d'art américains officiels. Ils partageaient le même enthousiasme pour le modernisme européen, en particulier pour l'art de Manet, et tous pensaient que le sujet devait être débarrassé du mièvre idéalisme alors à la mode. Quatre membres de ce groupe, Henry, Luks, Sloan et Shinn, s'engagèrent résolument dans une sorte de " reportage réaliste " et peignirent, sans les transposer aucunement, des sujets d'une grossièreté volontaire. Ils ne substituèrent pas des scènes de genre bourgeoises à l'allégorie académique, mais représentèrent souvent la pauvreté, le labeur et la vie indigente. La réaction à leur exposition fut violente ; les critiques et le public raffiné les considérèrent comme des apôtres de la laideur, ce qui leur valut le nom d'" école de la boîte à ordures " (Ash-can School). Le talent, fort différent, de Prendergast, délicat dessinateur marqué par le Néo-Impressionnisme et le Fauvisme, et celui de A. B. Davies, d'une fantaisie lyrique confinant à l'Abstraction, furent submergés par la réaction du public face à ce réalisme âpre et nouveau. Il en fut de même pour Lawson et Glackens, qui relevaient de l'Impressionnisme par leur technique comme par leurs sujets, analogues à ceux de leurs maîtres français. Ils furent englobés dans la même réprobation que les 4 autres. C'est pourquoi le coloris, la composition, le dessin aussi bien que le sujet des œuvres exposées par ce groupe en 1908 furent considérés comme les caractéristiques de la première avant-garde américaine du xxe s., mais il n'y avait aucune cohésion dans le style des Huit.

Pourtant, leur thématique leur valut la sympathie de jeunes artistes comme George Bellows, Guy Pene du Bois, Glenn O. Coleman, Edward Hopper. Elle fixa les prémisses du Réalisme américain et prépara le terrain à la peinture sociale (Reginald Marsh) et au Pop' Art.