En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joseph Siffred Duplessis

Christoph Willibald von Gluck
Christoph Willibald von Gluck

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Carpentras 1725  – Versailles 1802).

Il passa quatre ans à Rome (1745-1749), vécut à Paris (1752-1792), puis à Versailles (1796), exécutant en même temps des tableaux religieux (Invention de la croix, cathédrale de Carpentras) et des décorations pour sa ville natale (Paysages en camaïeu évoquant l'art de J. Vernet, hôpital de Carpentras). Il dressa l'inventaire des objets d'art du district de sa ville natale (1792-1795), puis fut conservateur de Versailles (1796-1802), restaurant de nombreux tableaux de Jouvenet et de Le Sueur (Vie de saint Bruno). Reçu à l'Académie en 1774 (portraits d'Allegrain et de Vien, Louvre), il devint un portraitiste en vogue à la Cour (Necker, 1781, coll. d'Haussonville), sensible comme Roslin à l'effet des accessoires (Madame Lenoir, Louvre ; Madame Fréret-Déricourt, musée de Kansas City), mais plus attentif à la physionomie de ses modèles (Gluck, 1775, Vienne, K. M. ; Chabanon, 1785, musée d'Orléans ; Augustin de Saint-Aubin, 1787, Chapel Hill, North Carolina, W.H. Ackland Memorial Center), d'une intensité parfois surprenante (Péru, musée de Carpentras). Jugé démodé sous la Révolution, il cesse peu à peu de peindre et meurt dans l'oubli. Il est représenté dans les musées de Carpentras, Amiens, Avignon, Bayeux, Douai, Montauban, Perpignan.