En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Georges Desvallières

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris 1861  – id.  1950).

Cet ancien élève et ami intime de Gustave Moreau est l'un des fondateurs du Salon d'automne (1903). Il y réserve, en 1905, une salle à ses anciens camarades d'atelier : ce sera la fameuse " cage aux fauves ". Dans la tradition de Huysmans, et dans l'esprit de son ami Léon Bloy, ce tempérament religieux aime à dépeindre, en voulant " édifier ", les " horreurs de l'amour " (Moulin-Rouge, Souvenir de Londres et illustrations pour le Rolla de Musset). De 1907 à 1911, il décore de scènes mythologiques (Hercule au jardin des Hespérides, Éros, musée d'Orsay) l'hôtel particulier de Jacques Rouché, à Paris. Après la Première Guerre mondiale, où il perd un fils, il fait le vœu de ne plus peindre de sujets profanes et participe, avec Maurice Denis, au renouveau de l'art religieux en France, en créant avec lui, en 1919, les Ateliers d'art sacré, place Furstenberg. Ses scènes religieuses, au dessin classicisant, mais aux couleurs intenses, ne manquent ni de pathétique ni de violence (Chemin de croix, église de Wittenheim ; décoration de la chapelle de Saint-Privat, Corrèze ; cartons de vitraux pour l'ossuaire de Douaumont). Il est représenté au musée d'Orsay.