En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jules Chéret

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et affichiste français (Paris 1836  – Nice 1932).

Élève de Horace Lecoq de Boisbaudran et apprenti lithographe, il séjourne à Londres de 1856 à 1866, où il étudie les procédés de la lithographie en couleurs. De retour à Paris, il obtient l'appui du parfumeur Rimmel et monte un atelier où il développe le procédé nouveau de la lithographie polychrome. Par l'éclat de leur graphisme et de leurs couleurs, leur élégance et leur gaieté, les affiches dont il couvre Paris de 1866 à 1900 (Loïe Fuller [1893], la Saxoléine [1894], les Patineurs [1896], Palais de Glace [1896], la Loïe Fuller aux Folies-Bergère, Bal au Moulin-Rouge) influencent ses contemporains, comme Seurat, Lautrec, les Nabis, et contribuent au développement du Modern Style (les Pantomimes lumineuses, 1892). Véritables chroniques de leur époque, elles représentent le Paris populaire, le monde du cirque et du music-hall. Épris de l'art de Tiepolo (on l'appela " le Tiepolo des carrefours "), de Watteau et de Turner, Chéret décore quelques édifices (villa du baron Villa à Évian ; musée Grévin à Paris, 1894) et réalise des cartons de tapisseries pour les Gobelins (les Quatre Saisons, 1900-1910). Il s'adonne aussi au pastel et à la peinture. Le musée de Nice qui porte son nom abrite 200 peintures, pastels et maquettes. La Bibliothèque municipale de Lyon lui a consacré une exposition en 1996.