En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bartolomeo Cesi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Bologne 1556  – id. 1629).

Élève de Nosadella, selon Malvasia, il essaie d'abord de concilier les éléments novateurs apportés par les Carrache et ceux de son éducation, marquée par le maniérisme tardif. Sa première œuvre connue, le décor à fresque de la chapelle Vezza de S. Stefano à Bologne, date de 1574. Sa seconde œuvre documentée est la Crucifixion avec des saints à S. Martino à Bologne (1584-1585). L'artiste y témoigne d'une adhésion à l'esprit de la Contre-Réforme dans l'interprétation de la peinture sacrée apparaissant à Bologne à la suite de la publication du Discours autour des images sacrées et profanes de Gabriele Paleotti (1582). Il s'inspire à nouveau des exemples romains, ceux de Muziano et Venusti notamment. Cherchant un équilibre entre " nature " et " idée ", il tente de se rapprocher d'un certain réalisme, comme le montrent les peintures Saint Benoît écoutant l'harmonie céleste (Bologne, S. Proclo, 1588-90) et la Vierge en gloire avec des saints (Bologne, P. N.). En 1591, à Rome, au contact des œuvres de Pulzone, son style se cristallise dans la répétition de formes idéales et intemporelles. De retour à Bologne, Cesi réalise des fresques (presque totalement perdues) dans la chapelle de S. Maria dei Bulgari dans l'Archiginnasio de Bologne (Vertus chrétiennes et Scènes de la vie de la Vierge, 1594). Son art trouve son accomplissement en 1594 et 1595 : décor de la coupole de la chartreuse de Maggiano (Sienne), Assomption de la Vierge (pour l'autel de la même chartreuse, aujourd'hui au dôme de Sienne) et triptyque avec la Vierge en gloire et les saints Benoît, Jean-Baptiste et François (Bologne, S. Giacomo Maggiore). Ces œuvres témoignent de l'influence évidente de Fra Bartolomeo, de Corrège, et surtout des Carrache, interprétée avec solennité et un profond sentiment religieux. À partir de 1595, ses tableaux sont empreints d'une atmosphère irréelle et spirituelle, reflet des principes rigoureux de la Contre-Réforme : Triptyque de S. Domenico à S. Gerolamo alla Certosa et à S. Domenico de Bologne (v. 1601). Son activité se poursuit de façon très dense jusqu'à sa mort (fresques du Palazzo Fava, Histoires d'Énée). Cesi est l'un des meilleurs dessinateurs du xvie siècle bolonais.