En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michelangelo Cerquozzi

dit Michelange des batailles

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Rome 1602  – id. 1660).

À Rome, où il resta sans interruption jusqu'à sa mort, il fréquenta l'atelier du Cavalier d'Arpin, puis celui du peintre de batailles Jacob de Haase. Ces maîtres n'eurent pas la moindre influence sur lui, mais le second dut le mettre en rapport avec le milieu flamand, où, v. 1630, il fit la rencontre déterminante de Pieter Van Laer. Ce dernier l'amena à découvrir un certain aspect de la peinture : l'appréhension de la réalité dans sa simplicité quotidienne, lui transmettant ainsi une des leçons du Caravagisme, qui semblait mort alors à Rome, où commençait le règne baroque. Les premières œuvres de Cerquozzi (la Cardeuse de laine, Rome, G. N., Gal. Corsini ; le Fils prodigue, Hambourg, Kunsthalle ; le Sac d'un bourg, 1630, Naples, musée de S. Martino) sont nettement influencées par Van Laer. Mais il se détacha bientôt de son maître, négligeant la caricature au profit du pittoresque. Il fut surtout un observateur de la vie populaire, qu'il se contenta de décrire sans la grandeur d'un Caravage. Ses œuvres les plus originales se placent dans la 5e décennie du siècle : la Révolte de Masaniello (1648, Rome, Gal. Spada) et le Bain (Rome, coll. Incisa della Rocchetta), où se remarque la collaboration, pour le décor architectural, de Viviano Codazzi, revenu de Naples en 1647 ; l'Abreuvoir (Rome, G. N., Gal. Corsini) ; les Joueurs de mourre (Rome, coll. part.). On lui doit également de grandes natures mortes de fruits parfois animées de figures (la Cueillette des grenades, Rotterdam, B. V. B.). Cerquozzi est avec Van Laer le premier des Bamboccianti, créant un courant isolé, parallèle au grand goût baroque, mais fort prisé par les amateurs particuliers ; avec Codazzi, il permit au Caravagisme de se survivre encore quelques années et il n'est pas étranger à la manière d'Aniello Falcone, de S. Bourdon et de Velázquez lors du premier voyage de celui-ci à Rome.