En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mateo Cerezo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Burgos 1637  –Madrid 1666).

Disciple de Carreño de Miranda, il fut l'un des maîtres les plus habiles de l'école madrilène. Souple et raffinée, sa technique allie la leçon vénitienne (Titien), sensible dans le coloris riche et sensuel, à l'influence flamande héritée de Van Dyck. Son œuvre connue est peu abondante en raison de sa mort précoce à 29 ans. Parmi ses premiers tableaux, il faut citer le Retable du couvent de Jésus et Maria (Valladolid), d'une technique un peu sèche, puis l'influence de Carreño est manifeste dans ses Immaculée Conception, animées de groupes d'angelots exubérants (Madrid, coll. Benavites), l'Ecce Homo (musée de Budapest), le Saint Jean-Baptiste (musée de Kassel) et la Madeleine (Amsterdam, Rijksmuseum). Il réalise de somptueux effets de lumière et de perspective dans le Mariage mystique de sainte catherine (Prado) où la belle nature morte du premier plan rappelle qu'il cultiva avec un égal succès ce genre (Mexico, Musée San Carlos ; Prado ; Bilbao, coll. Arasjauregui).