En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cennino di Drea, dit Cennino Cennini

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Colle di Val d'Elsa, près de Sienne, fin du xive  – début du xve s. ).

Élève d'Agnolo Gaddi, il est mentionné en 1398 au service de Francesco da Carrara à Padoue. Bien qu'il n'ait pas été possible d'identifier son style pictural, Cennini est cependant célèbre par son Libro dell'arte (Traité de la peinture), dont le plus ancien exemplaire (probablement œuvre d'un copiste) fut achevé d'écrire en 1437.

Traité de technique artistique, cet ouvrage est le recueil précieux des traditions gothiques florentines, de Giotto (" le grand maître ") et de ses suiveurs. Il énonce des recettes pour toutes les nombreuses opérations courantes effectuées au xive s. dans un atelier de peintre : préparation des couleurs, des pinceaux et des colles, préparation des tableaux, placage des ors, mise en relief des diadèmes et ornements (" gesso " pour les tableaux, chaux pour les fresques), explication détaillée enfin des différentes techniques alors utilisées (tempera, huile, " a fresco ", " a secco "). Suivant la tradition toscane, Cennini considère la peinture à fresque comme " le plus doux et le plus gracieux travail qui soit ". Les explications qu'il donne sur cette technique ont servi de guide à tous les spécialistes, jusqu'à nos jours. Rédigée en un italien didactique et très clair, l'œuvre de Cennini est encore d'une lecture aisée. Elle met en évidence une étape déjà avancée dans l'évolution du langage des ateliers et par cela même peut être considérée comme l'un des fondements de la critique d'art moderne. Des termes comme " disegno " (dessin), " maniera " (manière), " naturale " (naturel), " moderno " (moderne), " colorire " (colorer), " sfumare " (estomper), employés par Cennini, font depuis lors partie du vocabulaire spécifique de la peinture.