En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Cecco da Caravaggio ou Cecco del Caravaggio

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

peintre italien [ ? ] (premier tiers du xvii e s. ).

Le point de départ de la reconstitution de l'œuvre de cet artiste, l'un des plus originaux de l'entourage immédiat de Caravage, est le Christ chassant les marchands du Temple (Berlin, musées), cité dès 1673 comme de " Checcus a Caravagio ". Autour de cette toile, on peut regrouper une série de compositions (Résurrection, Chicago, Art Inst. ; l'Amour à la fontaine, Rome, coll. part, Joueur de flûte, Oxford, Ashmolean Museum, Musicien, 2 versions dont l'une au Wellington Museum de Londres et l'autre à la Pinacothèque d'Athènes ; Saint Laurent, Rome, Chiesa Nuova ; Portement de croix, musée de Bratislava) au luminisme violent, presque surréaliste, où le peintre saisit comme à l'arrêt les expressions inquiètes des visages ; on date généralement ces œuvres v. 1610-1620. Mentionné, dans une déposition au cours d'un procès, par le peintre Agostino Tassi comme travaillant avec lui et une équipe de Français à la décoration du Casino du cardinal Montalto à Bagnaia en 1613, cité par Mancini vers 1620 (comme " Francesco, dit Cecco del Caravaggio ") parmi les principaux élèves de Caravage, Cecco, dont l'œuvre montre d'incontestables rapports avec les tableaux d'un Finson ou d'un Douffet, comme avec ceux d'un Cavarozzi ou d'un Mayno, reste l'une des plus énigmatiques et attachantes figures de ce milieu bouillonnant que fut la peinture romaine des premières décennies du xviie s. On a récemment proposé, avec de bonnes chances de succès, d'identifier Cecco à un peintre Lombard mal connu, Francesco Boneri (né v. 1590 ?) à qui est payé en 1619-20 une Résurrection peinte pour S. Felicità de Florence qui est presque certainement la Résurrection de l'Art Inst. de Chicago. Mais le Jaël et Sisara de la N. G. de Dublin, très proche de la manière de Cecco, porte la signature, révélée par une restauration, de Pedro Nunez del Valle, peintre espagnol présent à Rome en 1613-14.