En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paolo Morando, dit il Cavazzola

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Vérone 1486-1488  – id. 1522).

D'abord élève de Bonsignori, puis de Francesco Morone, il fut aussi à ses débuts impressionné par la stabilité de l'art de Domenico Morone. Arrivé à maturité (Vierge à l'Enfant, 1509, La Gazzada, fondation Cagnola), il utilise un style plus rude, un clair-obscur emprunté à Bonsignori, un goût sculptural pris au contact de Mantegna, enfin un coloris chaud, rappelant Caroto. En 1510-11, il exécute à l'église S. Nazaro e Celso de Vérone une fresque (Annonciation avec saint Blaise et saint Benoît), mais il ne parvient à exprimer pleinement sa personnalité que dans la série des 5 Scènes de la Passion, terminée en 1517 avec la Déposition du Christ, son chef-d'œuvre (auj. à Vérone, Castel Vecchio). Les œuvres de 1518 (Saint Roch, Londres, N. G. ; Vierge, autref. à Milan, coll. Frizzoni) montrent l'aboutissement de cette évolution. Aux couleurs vives et aux reflets métalliques, Cavazzola préfère désormais une harmonie à base de gris correspondant à la gravité de ses représentations, qui, dans leur élégance, semblent refléter quelque chose de l'école romaine. On peut citer de ces années également la Madone du Städel Inst. à Francfort (1519). Sa dernière œuvre, inachevée (selon Vasari), est le tableau d'autel exécuté pour la famille Da Scacco et destiné à S. Bernardino : Vierge en gloire avec six saints et la donatrice Caterina Scacco (auj. au Castel Vecchio de Vérone). Cavazzola fut aussi un bon portraitiste, suivant en cela les penchants de son maître Bonsignori, comme le montre l'admirable Portrait de Giovanni Emilio de' Megli (Dresde. Gg).