En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Franz Catel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Illustrateur et peintre allemand (Berlin 1778  – Rome 1856).

Avant de s'adonner à la peinture, qu'il étudia à l'Académie de Berlin avec Schinkel en 1806 puis à Paris de 1807 à 1811, il était l'illustrateur d'almanachs le plus apprécié avec Ramberg. Il fut le premier à illustrer Hermann et Dorothée (1799, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum) de Goethe, qui voyait en lui un grand talent menacé par des distractions mondaines (lettre à W. von Humboldt, 1801). Catel aimait en effet la vie en société et les voyages (il visita Pompéi en 1813 en compagnie de l'archéologue français Millin, en 1818 la Sicile avec Schinkel, Hess et Begas, et en 1824 la baie de Naples), qui lui fournissaient autant de motifs pour sa peinture de paysage. Fixé à Rome à partir de 1811, il rencontra les nazaréens, peignit les dessus-de-porte de la Casa Bartholdi, mais demeura réfractaire à leur influence. Il fut davantage marqué par l'exemple de Koch et ressuscita l'art des " vedute " en fixant sur la toile des sites italiens (Rome ; la Baie de Naples) baignés d'une subtile lumière. Il les enrichira plus tard de scènes de la vie populaire traitées en gros plans réalistes. Ses contacts avec la maison royale de Prusse et celle de Bavière lui valurent plusieurs commandes — des portraits (Société des artistes allemands et le Prince héritier Louis de Bavière au cabaret espagnol de Ripa Grande, 1824, Munich, Neue Pin.), un retable de la Résurrection (Berlin, Charlottenburg, Luisenkirche ; détruit en 1944) —, dans lesquelles sa facture dépouillée, au modelé soumis à la lumière, s'apparente assez au réalisme de l'époque Biedermeier. Catel, qui vendait ses " vues " aux voyageurs distingués qui parcouraient l'Italie et jouissait d'une certaine fortune, encouragea les artistes allemands en organisant des expositions et fonda à Rome le " Pio Istituto Catel ", qui existe encore aujourd'hui.