En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Charles Durand, dit Carolus-Duran

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Lille 1837  – Paris 1917).

Il peignit d'abord des toiles réalistes (le Convalescent, 1861, Paris, musée d'Orsay), dont la composition, solide, et la pâte, riche, s'inspirent de Courbet et de la peinture espagnole (l'Assassiné, 1866, musée de Lille). Sa Dame au gant (1869, Paris, musée d'Orsay) fut justement célèbre pour ses qualités de facture et de coloris proches de Van Dyck et de Velázquez : elle lui valut un tel succès parisien qu'il fut assailli de commandes et devint malgré lui le plus adulé des portraitistes virtuoses (Portrait de Mlle de Lancey, 1876, Paris, Petit Palais ; la Comtesse Berta Vandal, 1878, Offices ; Mme Georges Feydeau et ses enfants, 1897, Tōkyō, musée d'Art occidental). Glissant peu à peu vers la facilité d'un réalisme bourgeois (la Dame au chien, 1870, musée de Lille), Carolus-Duran y fait encore preuve de talent et d'un excellent métier qu'on ne retrouve pas dans ses grandes décorations, assez médiocres (Triomphe de Marie de Médicis, 1878, Louvre). Cet artiste très élégant et mondain accéda à tous les honneurs officiels et, en 1905, dirigea l'École française de Rome.