En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Simone Cantarini

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Pesaro 1612  – Vérone 1648).

Originaire d'une ville qui lui offrait peu d'exemples d'art " moderne ", il se rend très tôt à Bologne, où, v. 1634, il est l'élève de Guido Reni. Dès ses premières œuvres, Cantarini fait preuve d'un délicat naturalisme, que soulignent des clartés argentées et qui, par-delà la beauté, exprime les sentiments profonds d'un humanité passionnée et douloureuse. Il rentre à Pesaro en 1639 : renforcée par l'exemple des œuvres que Gentileschi avait laissées dans les Marches, son orientation naturaliste s'affirme. Avant de revenir à Bologne, v. 1642, il séjourne à Rome, où — en peinture comme en gravure, expression dans laquelle, comme Pietro Testa, il fait autorité — il adopte la nouvelle manière néo-vénitienne. Bien qu'il n'obtînt jamais une réelle notoriété et malgré la brièveté de sa carrière, on le tient néanmoins aujourd'hui, en raison de la force pathétique de sa peinture, du raffinement et de l'éclat de son coloris, pour un des meilleurs artistes italiens de son temps. Parmi ses principales œuvres, on peut citer : la Vierge avec trois saints (Bologne, P. N.), plusieurs compositions sur le thème du Repos de la Sainte Famille (Brera ; Louvre ; Rome, Gal. Doria, Pamphili), un Miracle de saint Pierre (Fano, église S. Pietro in Valle).