En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Miguel Angel Campano

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Madrid 1948).

Il étudie l'architecture et les beaux-arts à Madrid et Valence, puis réside à la Cité des arts de Paris en 1976-77. À partir de 1971, il réalise des expositions personnelles en Espagne. En 1974, ses œuvres sont d'inspiration constructiviste (gal. Iolas-Velasco, Madrid). À partir de 1980, il s'installe à Paris et participe en 1982 à la XIIIe Biennale de Paris. Aux côtés de Barceló et de Sicilia, avec qui il va peindre " sur le motif ", il représente en France l'actualité de la jeune peinture espagnole. Il est un abstrait aux confluences de l'Expressionnisme américain et des courants non-figuratifs qui, en Espagne, le rapprochent de Broto et de Grau.

Ses références, cependant, l'écartent de la tradition espagnole, car elles l'inscrivent dans une mémoire de la culture française : Poussin, Cézanne, Rimbaud, dont le poème " Voyelles " lui inspire, en 1979-80, une série de peintures (gal. Juana de Aizpuru, Séville, 1980). Campano saura user, au cours des années 80, du renouveau de la peinture figurative sans pour cela renier son projet pictural (Triptyque, 1983-84). Fasciné par les romantiques Delacroix et Géricault, il réalisera la suite des " Naufrages " (gal. Egam, Madrid, 1984) puis le cycle des " Omphalos ", hommage explicite aux paysages grecs.

Il est présent dans les coll. du M. N. A. M. de Paris, du musée de Cuenca, du British Museum de Londres, du musée des Beaux-Arts de Bilbao et de la fondation Hastings de New York. Une exposition lui a été consacrée (Valence, I. V. A. M.) en 1990.