En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Giuseppe Cammarano

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Sciacca, Sicile, 1766  – id. 1850).

Formé à Naples, Cammarano décora dès 1788 plusieurs palais de la ville, ainsi que le palais de Caserte et le Palais royal (grande salle de bal, chapelle), de compositions mythologiques (la Famille de François de Bourbon, 1820, Caserte, Palais royal). Portraitiste de la famille royale, il fut également professeur à l'Académie de Naples. Son œuvre marque le passage de la peinture tardive du xviiie siècle à la mode académique, classicisante.

Son petit-fils Michele (Naples 1835 – id. 1920) fut aussi peintre. Entré à l'Académie de Naples en 1853, il étudia dans l'atelier de G. Palizzi. Sensibilisé aux idées des Macchiaioli lors d'un séjour à Florence en 1860, marqué par Federico Faruffini, qu'il fréquenta à Rome en 1865, il forma son style sous l'influence du " vérisme " italien (Piazza San Marco, 1869, Rome, G. A. M.) et du réalisme de Courbet, qu'il rencontra à Paris entre 1870 et 1875. Rentré à Naples, où il occupa en 1900 la chaire de paysage à l'Académie, succédant à Palizzi, il peignit des scènes de la vie populaire (l'Étudiant, Florence, G. A. M. ; Oisiveté et Travail, 1863, Naples, Capodimonte), ainsi que de vastes compositions historiques : le 24 juin à San Martino (1883, Rome, G. N. A. M.).