En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francesco Cairo

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Milan, 1607  – id. 1665).

Héritier du style que Cerano, Morazzone et Procaccini créèrent en Lombardie, dans les trente premières années du xviie s., c'est surtout l'influence de son compatriote Morazzone qui marqua son œuvre de jeunesse et que l'on décèle dans un groupe de peintures déjà mentionnées en 1635 et exécutées ou Victor-Amédée II de Savoie (Christ au jardin des Oliviers, Lucrèce, Hérodiade, Sainte Agnès, Turin, Gal. Sabauda). On date de cette période 2 tableaux d'autel, composés pour les églises milanaises de S. Antonio Abate (Vierge en gloire) et de S. Teresa (Vision de sainte Thérèse, auj. chartreuse de Pavie), et de nombreux tableaux, commandes de particuliers ; la subtile perversion que dénote le choix des sujets y est parfois accentuée par un luminisme d'inspiration caravagesque (Judith, Sarasota, Ringling Museum). L'influence de Venise opère dans les œuvres de maturité de Cairo une profonde transformation stylistique, orientée vers le Baroque lombard et génois. Vers 1639, un voyage à Rome l'avait sans doute mis en contact avec la culture néo-vénitienne de Pierre de Cortone et de Sacchi et familiarisé avec certaines inflexions issues de la culture romaine, de Van Dyck et de Corrège. Sa Pala de la chartreuse de Pavie (1660) et sa Vision de saint Antoine (Plaisance, S. Teresa) comptent parmi les chefs-d'œuvre de la peinture baroque de l'Italie du Nord. Il est représenté à Turin (Gal. Sabauda) et à Milan (Brera).