En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Natale Scarpa, dit Cagnaccio di San Pietro

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Desenzano 1897 – Venise 1946)

Marqué par le Futurisme à ses débuts, Cagnaccio di San Pietro se rapproche après 1920 de la peinture figurative et du " réalisme magique ", en particulier de Casorati et de Funi. Il porte l'accent sur la rigueur de la composition, la précision du dessin, la densité des volumes dans ses œuvres qui comportent essentiellement des nus, des portraits et de quelques natures mortes. Son tableau Enfants jouant (1925) étonne par son utilisation de la perspective en vue plongeante, son attention portée aux détails, sa lumière froide et brutale et l'hiératisme des attitudes. L'Orgie (1928) reprend les mêmes principes dans l'expression d'un sujet où perce un point de vue moral. Cagnaccio di San Pietro s'est tenu à l'écart du Novecento, mais l'acuité de sa vision l'a rapproché de la Neue Sachlichkeit allemande, en particulier de Christian Schad (Jeune fille au miroir, 1932, Rome, G. A. M.). Cagnaccio di San Pietro a participé à la Biennale de Venise en 1924-1926 et 1930. Une rétrospective a été consacrée à l'artiste (Venise, Museo Correr) en 1991.