En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vincenzo Cabianca

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Vérone 1827  – Rome 1902).

Après quelques années de séminaire, il fait son apprentissage à Vérone et à Venise (1847), où il pratique la peinture historique dans la tradition lombarde, et se lie à des sociétés secrètes. C'est d'abord en tant que carbonaro qu'il rencontre à Florence (1860), où il réside quelque temps, Borrani et Signorini, qui l'initient au Macchiaiolisme : il part en bande peindre les paysages du golfe de La Spezia, de Lerici ou de Portoino. Il lui faut montrer la nature, selon ses propres termes, " dans ses moments de féroce splendeur ". Les titres des tableaux sont parfois aussi frappants que leurs sujets et leur traitement, tout en contraste : Femme avec un porc à contre-jour (1860), Porc noir contre un mur blanc (id.), mais il peint aussi le calme des cloîtres et, non sans humour, campe souvent dans ses paysages moines, nonnes et campagnards, aux silhouettes stylisées, avec parfois des évocations du xviiie s. ou du monde médiéval dans le goût de l'époque. Il se rend à Londres et à Paris (1861), où il rencontre les impressionnistes, et à partir de 1868 il s'établit à Rome, d'où il rayonne en Campanie avec une production extrêmement abondante d'huiles et d'aquarelles, en continuant à voyager dans toute l'Italie. Son œuvre est dispersée dans de nombreuses coll. part. ; la gal. d'Art moderne du palais Pitti à Florence conserve notamment Effet de soleil, Ombre et lumière, Nettuno (1872).