En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Melchior Broederlam

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand (mentionné à Ypres de 1381 à 1409).

Dans les comptes de Philippe le Hardi, premier duc de Bourgogne, il est mentionné successivement comme valet de chambre à partir de 1387 et " peintre de Monseigneur " à partir de 1391. Il a travaillé au château de Hesdin et réalisé de nombreux ouvrages à la demande de son maître. Entre 1394 et 1399, il peint à Ypres l'extérieur des volets d'un retable sculpté par Jacques de Baerze et destiné à la chartreuse de Champmol, seule œuvre parvenue jusqu'à nous (musée de Dijon). Deux scènes sont représentées sur chaque panneau, l'Annonciation et la Visitation, la Présentation au Temple et la Fuite en Égypte. Leur style les classe parmi les plus brillantes créations du style international. Deux des scènes sont situées dans des architectures gothiques inscrites dans une perspective arbitraire et voisines de celles de l'art siennois. Le groupe de la Fuite en Égypte est le plus personnel : il oppose le geste gracieux et symbolique de la Vierge enveloppant l'Enfant dans des voiles qui auréolent leurs deux visages à la trivialité de saint Joseph, lourd paysan, mal habillé, buvant à la régalade. Ces notations réalistes nous font pressentir que l'art de Robert Campin et de Van Eyck n'est plus très loin.