En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

école de Bristol

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

L'école de Bristol, comme celle de Norwich, ressortit plus à l'association de peintres et d'amateurs qu'à un mouvement pictural autonome. Elle est typique des réalités artistiques de la première moitié du xixe s. en Grande-Bretagne : à l'origine, un groupe d'artistes, principalement paysagistes, au premier rang desquels F. Danby et Edward Bird (1772-1819), des critiques comme l'ami de Blake George Cumberland (1754-1848) ou le révérend John Eagles (1783-1855), des mécènes dont le plus important fut sans conteste G. W. Braikenridge (sa collection d'aquarelles est conservée à la City Art Gal. de Bristol). Des " sketching tours " aux environs de Bristol, des réunions chez les uns et les autres cimentèrent l'unité de ce groupe dans les années 1820-1830, le départ de Danby en 1824 marquant le début d'un progressif éclatement. Parallèlement, les sujets traités devinrent plus ambitieux, dans la lignée de J. Martin, touchant par moments au fantastique. On compte parmi les représentants de l'école de Bristol des artistes aussi divers que N. C. Branwhite (1775-1857), S. Colman (1780-1845), T. L. S. Rowbotham (1783-1853), Hugh O'Neill (1784-1824), Samuel Jackson (1794-1869), E. V. Rippingille (1798-1859), James Baker Pyne (1800-1875), William West (1801-1861), James Johnson (1803-1834), Paul Falconer Poole (1807-1879) et William James Muller (1812-1845).