En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

les Both

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintres néerlandais.

Andries (Utrecht 1612/13  – Vénétie 1641). Son plus ancien tableau connu date de 1630 (le Dentiste, musée de Budapest). Il séjourna probablement à Rouen en 1633 avant de se rendre en 1635 à Rome. Peintre de genre au réalisme fortement caricatural sans doute sous l'influence de l'Utrechtois Droochsloot, il était préparé à recevoir en Italie l'influence des bambochades de Van Laer, comme l'attestent les figures, très expressives, qu'il a peintes dans les premiers paysages de son frère Jan (collaboration attestée par Sandrart et mise en doute à tort par des historiens plus récents). Un bon exemple de sa manière se trouve à l'Alte Pin. de Munich (Paysage avec temple, ruines et joueurs de cartes).

Jan (Utrecht v. 1618 – id. 1652). Il travailla presque toujours en collaboration avec son frère, jusqu'à sa mort (1641). Comme Andries, Jan se forma chez Bloemaert (1634-1637), sans être pour autant marqué par son style. On le trouve également à Rome à partir de 1638 env. où il rencontre Poelenburgh, jusqu'à 1641, année de son retour à Utrecht. Il est considéré comme l'un des meilleurs paysagistes italianisants et, comme tant d'autres, n'atteignit le plein épanouissement de son style qu'une fois rentré au pays natal. Les figures de ses paysages appartiennent à la peinture de genre pittoresque pratiquée par son frère et Pieter Van Laer ; en revanche, ses vues idéales de montagnes et de bois, calmement ordonnancées, atteignent parfois de grandes dimensions et sont plongées dans une atmosphère féerique par la vertu d'une lumière solaire qui illumine et transfigure toute la nature : elles trahissent davantage l'influence de Swanevelt que celle de Lorrain, à qui l'on a, depuis Sandrart et Houbraken, abusivement rattaché l'art très personnel de Both. Il est difficile de suivre l'évolution de Jan Both, car il ne date presque jamais ses œuvres. Un de ses motifs typiques est un bouquet d'arbres placé au bord d'un chemin et à contre-jour pour rendre la lumière encore plus irradiante. Son style évolue vers une exécution toujours plus détaillée et plus vivante des masses de feuillage et des branchages, de façon à rendre toute la transparence de l'atmosphère, l'artiste était également un superbe dessinateur. La manière de Jan Both a exercé une grande influence, notamment sur Willem de Heusch, un des meilleurs imitateurs du peintre, et surtout chez des italianisants aussi importants que Berchem et Pijnacker. Son chef-d'œuvre est l'immense et poétique Paysage aux dessinateurs (Amsterdam, Rijksmuseum).