En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Water Music

Georg Friedrich Händel
Georg Friedrich Händel

Trois suites pour orchestre de Georg Friedrich Händel (1717).

Cette célèbre « musique sur l'eau » a été exécutée le 17 juillet 1717, à l'occasion d'un déplacement de la Cour sur la Tamise ; le roi George Ier se rendit de Whitehall à Chelsea pour souper dans la villa de campagne de lord Ranelagh. Une barge d'une cinquantaine de musiciens accompagnait la flottille royale. L'œuvre plut tant au roi qu'il la fit jouer trois fois.

Le manuscrit autographe étant perdu, on ne peut déterminer ni la date de composition ni l'ordre originel des morceaux. L'œuvre se compose de trois suites, dont deux (celles en fa majeur et en majeur) sont destinées à être jouées en plein air, la dernière étant une musique d'intérieur.

La suite en « fa » majeur, ou « suite pour cor », est écrite pour deux cors, deux hautbois, basson, cordes et continuo. Elle débute par une ouverture à la française, véritable hommage de Händel aux musiciens versaillais. Elle se termine par un hornpipe, danse anglaise du xviie s.

La suite en « sol » majeur/ « sol » mineur, aussi dénommée « suite pour flûte », est plus intime et ne fait appel qu'à une flûte à bec, une flûte traversière, cordes et continuo. Elle fut très probablement jouée pendant le repas, à la manière de la musique de table de l'époque. Elle se compose de sept courtes pièces, qui sont des danses nobles : sarabande, rigaudon, gigue, menuet entre autres.

Plus jubilatoire, la suite en « ré » majeur ajoute deux trompettes – d'où son appellation de « suite pour trompette » – à l'effectif instrumental de la première suite pour célébrer la gloire royale.

Prenant pour modèle Purcell et Blow, Händel a écrit des thèmes simples que l'on peut chanter facilement, d'où le succès immédiat de l'œuvre. Il a utilisé aussi de véritables effets stéréophoniques. Pour la fête royale de Green Park, en 1749, Händel retrouvera l'éclat de la célébration festive avec la Musique pour les feux d'artifice royaux.