En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Un Requiem allemand

Messe pour solistes, chœur et orchestre (orgue ad libitum) op. 45 de Johannes Brahms (1867-1869, Vienne, Brême, Zurich, Leipzig) d'après les Saintes Écritures.

Brahms n'avait pas encore trente ans lorsqu'il entreprit la composition de son Requiem allemand (Ein deutsches Requiem). La genèse de l'œuvre s'étend de 1854 à 1868. D'une grande originalité, celle-ci n'a rien d'un requiem traditionnel. Il s'agit en fait d'une musique funèbre, non d'une messe des morts. D'où l'importance du mot « Ein », qui dénote la subjectivité du propos brahmsien. Le compositeur écrivit un jour que « en ce qui concerne le titre, j'avoue que j'enlèverais volontiers le mot « allemand » pour le remplacer tout simplement par « pour l'humanité » ».

Un requiem d'espoir

Dans cet hymne à l'humanité souffrante et à sa rédemption, le Dies irae qui dépeint l'horreur du Jugement dernier n'a donc plus de raison d'être. Le requiem de Brahms ne considère la mort qu'à travers l'expérience de la douleur ressentie par les vivants qui perdent un être cher ; sa propre confiance en la bonté divine, Résurrection et Jugement dernier ne sont plus alors que prophéties. Retournant à la cantate baroque funèbre illustrée par Heinrich Schütz et Bach, il utilise les effectifs de l'oratorio romantique, sans en exploiter le potentiel dramatique, pour rester dans la tonalité méditative et élégiaque.

Le texte sur lequel s'appuie le compositeur résulte d'un choix méticuleux. Brahms puisa dans le Nouveau Testament l'essentiel des passages principalement axés sur le thème de l'espoir. Dès avant la création, l'absence de toute référence à la Rédemption du monde par le Christ suscita la polémique. Brahms fit savoir qu'il n'entendait pas aborder le dogme d'un point de vue artistique, et que, pour lui, la Bible n'avait qu'une valeur poétique.

Les quatre étapes d'une création

Le Requiem allemand fut créé en quatre étapes successives. Les trois mouvements initiaux ont vu le jour le 1er décembre 1867 à la Redoutensaal de Vienne lors d'un concert de la Société des amis de la musique. La première version fut créée par Brahms le vendredi saint 10 avril 1868, en la cathédrale de Brême devant deux mille personnes. C'est cette exécution qui consacra la réputation de Brahms dans son pays. Le cinquième mouvement fut donné en privé le 17 septembre 1868 à Zurich. Enfin, l'intégrale a été créée le 18 février 1869 au Gewandhaus de Leipzig sous la direction du compositeur Karl Reinecke.