En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Symphonie n° 5 en ut mineur

Cinquième Symphonie, en ut mineur (op. 67), de Ludwig van Beethoven (Vienne, 1808).

La composition de cette œuvre orchestrale de quelque trente minutes fut entreprise dès 1805, mais ne fut achevée qu'en 1808. Le premier mouvement (allegro con brio), suivi de trois autres, est sans doute le plus célèbre.

Ce qui caractérise avant tout ces pages, et plus généralement les partitions de Beethoven, c'est indiscutablement l'importance de l'architecture. Dans ce premier mouvement, de forme sonate (exposition de deux thèmes – développement – réexposition – coda), l'essentiel du discours musical est fondé sur la brève cellule rythmique initiale (« Ainsi le destin frappe à la porte ») ; le second thème, plus lyrique et plus ample, conformément aux habitudes de l'auteur, sert surtout d'élément contrastant. Les violentes oppositions d'intensité sont également remarquables ici comme dans bien des ouvrages du compositeur.

La figure introductive (trois brèves, une longue) n'est-elle pas, pour le grand public, représentative de Beethoven ? Même Goethe, qui se targuait de ne rien entendre à la musique s'écria : « C'est très grand, c'est absolument fou ! on aurait peur que la maison s'écroule. »