En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sonates pour clarinette et piano ou Sonates pour clarinette et piano, op. 120

Johannes Brahms
Johannes Brahms

Ensemble de deux sonates de Johannes Brahms (1895, Vienne).

Écrites au cours de l'été 1894, les deux Sonates pour clarinette et piano – respectivement en fa mineur et en mi bémol majeur – s'accordent à l'état d'âme de plus en plus méditatif du compositeur, qui ne fait aucune concession à la virtuosité.

Ces deux ultimes partitions de musique de chambre de Brahms établissent une grande cohésion entre le langage de la clarinette et celui du piano, comme en témoigne le mouvement initial de la première, dans lequel les instruments s'accordent en un chant passionné, soutenu par une élaboration thématique d'une grande complexité.

Le deuxième mouvement, avec ses longues et calmes lignes mélodiques, recrée le temps dilaté, suspendu, propre à l'univers brahmsien.

Le troisième mouvement se moule dans la forme attendue, celle du scherzo. Toutefois, si le contraste que doit apporter la partie centrale est préservé, il est aussi affaibli, servant plus à colorer l'atmosphère pastorale de l'ensemble qu'à créer une rupture expressive.

Enfin, l'intérêt du final réside en partie dans sa forme, qui exploite simultanément deux moules différents : celui du rondo (alternance refrain-couplets) et celui de la variation. La simplicité inhérente à l'esprit du rondo s'en trouve ainsi finement nuancée.

Sa sur jumelle, la Sonate op. 120 n° 2, exhale le même climat poétique, soutenu par la sereine limpidité de l'écriture de Brahms qui démontre une extraordinaire connaissance des capacités de la clarinette, dont il exploite toutes les possibilités de jeu.