En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Messe de Notre-Dame

Messe polyphonique de Guillaume de Machaut (milieu du xive siècle).

Longtemps donnée pour avoir été créée lors du sacre du roi de France Charles V, mais plus probablement écrite comme messe votive pour la confrérie Notre-Dame de Reims, la Messe de Notre-Dame de Guillaume de Machaut, qui compte tout le commun, Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus Dei et Ite missa est, est la première messe de l'histoire à nous être parvenue dans son intégrité d'un auteur identifié. Avant Machaut, seuls des fragments de messes ou des messes anonymes, comme la Messe de Tournai, sont connus. Entièrement écrite à quatre voix, cette messe, qui connaîtra plusieurs adaptations, est la première à faire appel à ce type d'effectif qui comporte triplum, motetus, ténor et contre-ténor. Dans la plus grande partie de l'œuvre (Kyrie, Sanctus, Agnus Dei, Ite missa est), un fragment de chant grégorien, qui correspond aux premières paroles de la prière, confié à la voix de ténor, sert de lien à l'ensemble polyphonique. Les autres pages (Gloria, Credo) sont composées selon le principe du conduit, selon lequel les quatre voix possèdent chacune leur mélodie propre, mais sont écrites de façon syllabique, à l'aplomb l'une de l'autre. On trouve dans certains passages des accords prolongés, préfiguration, au-delà du contrepoint, d'un langage harmonique encore balbutiant. Bien que la musique médiévale ne comporte habituellement aucun indice sur l'emploi ou non d'instruments, la partition de la Messe de Notre-Dame indique, en plus des voix, l'usage d'instruments auxquels sont confiées quelques notes de raccord entre les paroles chantées.