En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

la Journaliste Sylvia von Harden

Tableau d'Otto Dix (1926). Huile et tempera sur bois, 121 x 89 cm. MNAM, Paris.

Coiffure à la garçonne, bouche outrageusement maquillée, monocle, cigarettes, alcool : tels sont les attributs des femmes émancipées que l'on peut voir attablées au célèbre Romanischen Café, rendez-vous des intellectuels et des artistes dans le Berlin de l'entre-deux-guerres. Par son objectivité, sa dureté, ce portrait sans concession et proche de la caricature est emblématique d'une certaine couche de la société de la République de Weimar, celle de l'intelligentsia, également « épinglée » avec brio et lucidité par le célèbre photographe allemand August Sander.