En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Idoménée, roi de Crète

Wolfgang Amadeus Mozart, costume pour Idoménée, roi de Crète
Wolfgang Amadeus Mozart, costume pour Idoménée, roi de Crète

Opera seria en trois actes (KV 366) de Wofgang Amadeus Mozart, sur un livret de l'abbé Varesco (Munich, 1781).

Personnages

Ilia, fille de Priam, roi de Troie (soprano)
Idomeneo, roi de Crète (ténor)
Idamante, son fils (ténor ou mezzo-soprano)
Elettra, fille d'Agamemnon (soprano)
Arbace, confident d'Idomeneo (ténor)
Grand-Prêtre de Neptune (ténor)
La voix de Neptune (basse)
Deux femmes crétoises (soprano et mezzo-soprano)
Deux Troyens (ténor et basse)

Argument

Après la chute de Troie, Idomeneo, roi de Crète, qui a combattu aux côtés des Grecs, est de retour vers sa patrie où Ilia, fille de Priam, est captive. Lors d'un naufrage pendant son voyage de retour, le roi a fait le vœu de sacrifier le premier homme qu'il rencontrerait à son arrivée. Alors qu'il débarque sur le rivage de Crète, il se voit obligé de condamner à mort son fils Idamante, aimé d'Ilia, la princesse troyenne.

Idomeneo essaie de faire échapper Idamante au supplice, mais Neptune, irrité, envoie un monstre marin pour dévaster le pays. Résigné à sacrifier son fils, le roi voit arriver Ilia, prête à mourir avec celui qu'elle aime. Touchés, les dieux accordent leur grâce et les hommes entonnent un hymne de joie et de reconnaissance.

Analyse

Idoménée, roi de Crète est le chef-d’œuvre révolutionnaire de Mozart, qui passe, en janvier 1781, sur la scène de l’Électeur de Bavière. La partition achève et dépasse le cadre de l’opera seria ; elle couronne une longue évolution culminant dans les plus belles pages de Rameau, en ouvrant les voies aux grands oratorios de Haydn. En reprenant ce sujet traité à plusieurs reprises par ses prédécesseurs, Mozart réalise la parfaite synthèse entre le style de la tragédie lyrique française et l'opéra de Gluck, réservant aux chœurs une place importante.

Il n’était pas possible d’aller plus loin dans la transposition d’une action scénique sur le plan intérieur de l’oratorio. C’est dans Idoménée que l’on trouve pour la première fois l’andante sostenuto que Mozart reprendra dans Don Giovanni et dont Beethoven fera le premier mouvement de la sonate dite « au clair de lune ».