En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

épître

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Transcription liturgique du mot latin epistola, qui signifie simplement « lettre ».

L'épître constitue, dans la messe traditionnelle, la première des deux lectures solennelles faites à haute voix ou chantées sur un timbre psalmodique propre dans la première partie de la messe, la seconde étant l'évangile. Cette lecture, variable selon la fête, était tirée soit de l'Ancien Testament, soit des lettres (épîtres) d'apôtres, d'où son nom, et se faisait obligatoirement du côté gauche de l'autel (à droite pour l'assistance), dit « côté épître » ; la droite honorifique (à gauche pour l'assistance) était le « côté évangile ». La lecture de l'épître, comme celle de l'évangile, traditionnellement en latin, fut dans certains pays, dont la France, transférée en langue vulgaire peu avant le concile Vatican II ; cette réforme semble avoir servi de ballon d'essai pour la campagne d'élimination de la liturgie latine menée après le concile en invoquant son autorité, mais, en fait, à l'encontre de ses prescriptions. La messe de Paul VI a rétabli l'usage antérieur de deux épîtres distinctes, l'une consacrée à l'Ancien Testament, l'autre au Nouveau.