En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

verbunkos

(de l'all. werbung, « recrutement »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Danse de « racoleurs » apparue sous ce nom vers 1780, et devenue le symbole de la danse hongroise authentique au xixe siècle.

Elle fut mise en honneur par Lavotta, Bihari et Csermàk, et ses formes, ses structures et ses rythmes régissent encore l'essentiel du patrimoine musical des danses d'origine instrumentale. Bartók en retrouva les caractères authentiques en parcourant la campagne hongroise, tandis qu'un Liszt le confondit avec les rythmes tziganes. En général, le verbunkos se compose d'une danse lente (lassu), débouchant sur une danse très vive (friss). Mais il a su conserver son caractère d'improvisation : c'est l'illustration d'une attitude de danse plus qu'une forme musicale stricte. Son rythme suit l'accentuation de la langue hongroise parlée. Mais le verbunkos n'est une musique ni populaire ni folklorique. Il demeure une forme savante, vocale à l'origine, puis progressivement instrumentale (violon). Sa grande souplesse lui a permis de s'insérer peu à peu dans toutes les formes musicales évoluées, supportant ornementation, répétition, devenant l'archétype des formes alla ungherese de tous les compositeurs de l'époque, de Haydn à Liszt.