En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

trio

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

1. Ensemble de trois instrumentistes concertants Morceau écrit pour un tel ensemble. Ne pas confondre le trio proprement dit, qui est une réunion de trois artistes solistes, avec l'expression « en trio », fréquente dans le répertoire de la basse continue (ex. sonate en trio), qui indique le nombre de parties d'un ensemble, mais non forcément le nombre d'exécutants ; on sait notamment que l'accompagnateur chargé de la réalisation de la basse continue n'était pas compté au nombre de ceux-ci, de sorte qu'une sonate en trio pouvait comporter plus de trois exécutants.

Depuis 1750 environ, le trio est considéré comme l'une des formes usuelles de la musique de chambre, et adopte souvent le cadre formel des sonates à trois ou quatre mouvements. Les trios les plus fréquents sont le trio à cordes (violon, alto, violoncelle), le trio avec piano (piano, violon, violoncelle), le trio d'anches (hautbois, clarinette, basson), mais toutes les autres formations peuvent être également utilisées. L'orgue, de son côté, considère comme trio, en individualisant chaque partie comme si elle était le fait d'un instrument distinct, une pièce à trois voix répartie entre trois timbres différents (deux claviers manuels et pédalier), ou même (surtout dans l'orgue français classique peu porté sur l'emploi concertant de la pédale) sur deux claviers manuels seulement.

2. Dans un menuet ou autre pièce apparentée (scherzo, marche, etc.), partie centrale précédant la dernière reprise et qui forme souvent diversion grâce à un caractère plus mélodique et à une orchestration plus légère. Au temps de Lully, cette partie était habituellement confiée à un trio de deux hautbois et basson, d'où son nom qui a été conservé une fois sa raison d'être disparue.