En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

récurrence

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

La récurrence (on dit aussi : la forme rétrograde, ou la rétrogradation) d'un thème, d'une ligne mélodique ou d'une « série » (dans la musique sérielle), est sa forme inversée dans le sens du temps, c'est-à-dire lue de la dernière note à la première. Ce procédé qui consiste à faire réapparaître un thème par sa récurrence, se rencontre presque uniquement dans les musiques écrites savantes (où les notes sont visualisées comme une structure spatiale autant que temporelle, ce qui suggère des procédés d'inversion en miroir, de symétrie, qu'on rencontre plus souvent dans les arts plastiques).

En particulier, on la trouve dans la forme ancienne du canon à l'écrevisse pratiqué par les contrapuntistes (« Krebskanon », en allemand), où une voix se superpose à sa récurrence ; et dans la musique sérielle, où la récurrence est une des quatres formes de base que peut prendre la série (forme originale ; récurrence ; renversement des intervalles, qui montent au lieu de descendre et inversement tout en gardant les mêmes valeurs ; et enfin renversement de la récurrence).

Cette quatrième forme, qui consiste à combiner deux inversions (l'une dans le sens du temps, horizontal, l'autre dans le sens vertical de l'espace des hauteurs), comme si on utilisait deux fois un miroir, se trouvait aussi dans la musique contrapuntique ancienne, avec les canons à l'écrevisse au miroir (« Spiegelkrebskanon »). Dans la symphonie no 47 de Haydn (1772), la seconde moitié du menuet est la récurrence de la première, et il en va de même dans son trio.