En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

mètre

(du gr. metros, « mesure »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Terme de versification parfois employé par analogie en théorie musicale.

En versification, on appelle poésie métrique celle fondée non sur le nombre des syllabes, mais sur leur groupement en pieds, déterminée par une alternance définie de longues et de brèves. Elle s'oppose à la poésie syllabique, fondée sur le seul nombre des syllabes.

Le mètre est, dans la première catégorie, la combinaison type prise pour base du schéma de versification. On dira, par exemple, qu'une poésie est en mètre dactylique quand elle emploie une série de vers dont le dactyle (1 longue, 2 brèves) est l'élément de base sans en être forcément l'unique composant. Les multiples du mot « mètre » (dimètre, trimètre, etc.) se réfèrent, selon les cas, soit au nombre de pieds inclus dans un tel vers, soit à la moitié de ce nombre, certains pieds étant parfois, pour le décompte, groupés arbitrairement deux par deux (ainsi un trimètre iambique comportera non pas 3 mais 6 iambes ­ c'est-à-dire brève plus longue ­ tandis qu'un hexamètre dactylique compte effectivement 6 dactyles, ou leurs équivalents).

Le mot « mètre » n'a pas de signification définie en musique, mais on l'emploie parfois par analogie en se référant aux formules rythmiques correspondant à celles de la versification ci-dessus. Ainsi l'allegretto de la 7e Symphonie de Beethoven peut être dit de « mètre dactylique ».