En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

luth

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Instrument ancien à cordes pincées dont la vogue, considérable en Europe, du xvie au xviiie siècle, est attestée par une littérature aussi remarquable que nombreuse.

Descendant de l'« al laud » ou « al-ud » arabe qui lui donne son nom, il n'apparaît dans sa forme caractéristique, caisse bombée ovale et manche au chevillier recourbé, qu'à partir du xive siècle, muni alors de 4 cordes doubles en boyau, appelées « chœurs », dont l'accord varie fréquemment. On ne l'emploie jusqu'à la fin du xve siècle que pour l'accompagnement du chant et des danses, mais il est déjà fort répandu puisque de nombreux princes d'Europe comptent au moins un luthiste à leur cour, tels les ducs de Lorraine, d'Autriche, de Bourgogne, la reine Anne de Bretagne, etc.

L'instrument fait, pour la première fois, son apparition parmi les musiciens de la Chambre du roi sous Charles VIII. Il commence à être utilisé comme instrument soliste au début du xvie siècle, et des œuvres de plus en plus nombreuses vont lui être consacrées, soit des pièces originales, soit sous forme de transcriptions de musique vocale. L'utilisation de « tablatures », système d'écriture emprunté aux organistes facilitant la lecture, se généralise et contribue à un essor rapide de l'instrument, qui jouit bientôt d'une faveur considérable et donne naissance à de très importantes écoles nationales en Italie, en France, en Allemagne, en Pologne, en Angleterre et aux Pays-Bas. Parmi d'innombrables noms se distinguent ceux de Francesco da Milano (1497-1543), Albert de Rippe (v. 1500-1551), Hans Newsidler (v. 1508-1563), Adrian Le Roy (v. 1520-1598), etc.

L'instrument compte bientôt un minimum de 9 cordes, groupées en 5 « chœurs », nombre qui est souvent porté à 13 ou 14. L'accord le plus usité est alors appelé le « vieil ton », il utilise 11 cordes formant deux groupes de quartes séparées par une tierce majeure : sol, do, fa, la, ré, sol. Mais cet accord fera souvent l'objet de modifications, soit par l'adjonction de cordes supplémentaires, soit selon le ton du morceau à interpréter. On assiste aussi à l'apparition de luths de diverses dimensions, le « dessus de luth » ou « luth soprano », le « luth alto », le « luth ténor », et le « luth basse ». Des instruments dérivés directement du luth sont également utilisés, comme l'« archiluth », le « luth théorbé », le « théorbe », la « chitarrone », etc. Tous ont finalement pour objet d'élargir la tessiture pour mieux répondre aux besoins de plus en plus variés. Au xviie siècle, le luth subit peu de modifications hormis l'augmentation du nombre de cordes, et son usage continue de se répandre en Angleterre, avec Thomas Morley (1557-1602), John Dowland (1562-1626), Thomas Mace (1612 ou 1613-1706), en Allemagne, avec Reussner (1636-1679) et le Comte Logi (1638-1721), et en France, grâce à Besard, Francisque, Gaultier, etc. Mais son déclin va bientôt arriver en Italie, en Pologne, aux Pays-Bas, vers la fin du xviie siècle, ainsi qu'en France, où le luth disparaît totalement dans les premières années du xviiie. Seule l'Allemagne jouit encore du privilège d'héberger des luthistes à l'époque baroque, et non des moindres puisque l'on compte parmi eux le célèbre Sylvius Leopold Weiss (1686-1750), qui nous laisse de magnifiques suites, écrites pour un luth à 13 « chœurs ». J.-S. Bach, lui-même, ne dédaigne pas de s'y intéresser et nous lui devons 4 suites, 2 préludes et 2 fugues pour luth, de même que Joseph Haydn, dont on connaît les Cassations pour luth obligé et trio à cordes.

Mais, ne répondant plus aux besoins des compositeurs, l'instrument tombe en désuétude en Allemagne à la fin du xviiie siècle, malgré l'importance considérable qu'il a eue sur trois cents ans de musique. On assiste, depuis 1960, à plusieurs tentatives pour faire revivre le luth, de la part de guitaristes comme Julian Bream, Konrad Ragossnig, Aaron Skittri, Guy Robert, qui, tentés par l'importance du répertoire, et désireux d'authenticité, se sont mis à l'étude de sa technique sur des instruments restaurés ou copiés de l'ancien, et les recherches actives sur les anciennes tablatures permettent chaque jour la redécouverte de chefs-d'œuvre oubliés.