En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

kabuki

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Genre théâtral japonais dont la définition tient à peu près dans la signification de ses trois syllabes : chant-danse-personnage.

Si ses origines se perdent dans la nuit des temps, on sait, par les œuvres dramatiques écrites à son intention, qu'il a triomphé à partir du début du xviiie siècle, après avoir longtemps souffert de la concurrence du bunraku (« théâtre de marionnettes »). Son répertoire est aussi vaste qu'éclectique, allant de l'épopée légendaire à la farce grivoise, en passant par le drame historique, bourgeois ou naturaliste. Mais le kabuki est toujours caractérisé par l'alternance des dialogues parlés et du chant, avec de nombreux intermèdes chorégraphiques, par la présence d'un orchestre et d'un récitant invisible faisant office de chœur, par l'ampleur de la mise en scène et le luxe des costumes. La tradition veut que les femmes en soient exclues, de sorte que les rôles féminins sont tenus par des hommes travestis. À la différence du nô, dont le raffinement confine au dépouillement, le kabuki est une formule théâtrale à grand spectacle qui s'adresse essentiellement aux foules.