En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

jeu

(d'orgue)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Ensemble de tuyauterie d'un orgue correspondant à un timbre et à une hauteur donnés.

Chaque jeu, constitué d'un ou de plusieurs tuyaux par note, sur la totalité ou seulement sur une partie du clavier, représente une unité sonore de l'orgue. Tout orgue se singularise par le nombre et le choix de ses jeux, le caractère que le facteur leur a donné et la façon dont il les a harmonisés entre eux. La liste des jeux afférant à chaque clavier et au pédalier est dite « composition » de l'orgue. Les différents jeux de l'orgue se regroupent par grandes familles, selon leur mode d'émission du son : les jeux de fond, de mutation, de mixture et d'anche. Les diverses ressources de sonorités différentes d'autres instruments que l'orgue sont également appelées jeux, en particulier au clavecin, à l'harmonium et au synthétiseur.

La hauteur d'un jeu est mesurée par la longueur, exprimée en pieds, de son tuyau le plus grave. Ainsi, un jeu de 8 pieds (qu'on écrit aussi 8') est un jeu dont le tuyau faisant entendre le do grave mesure huit pieds, soit environ 2,40 m ; il correspond à la hauteur normale des voix, l'octave de référence (celle du la[3-]) se trouvant alors au centre du clavier. Le jeu de 16 pieds, deux fois plus long, sonne à l'octave inférieure, celui de 32 pieds à la double octave ; de même, le jeu de 4 pieds sonne à l'octave supérieure, celui de 2 pieds à la double octave.