En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

harmonie

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Terme employé en musique tantôt dans son sens général, tantôt dans un sens technique qui a varié au cours des siècles.

1. Au sens général, dérivé du grec harmottein (« assembler »), l'harmonie est, selon l'Arithmétique de Nicomaque, la qualité à la fois esthétique, morale et même physique résultant dans un ensemble d'un juste équilibre dans le choix, la proportion et la disposition de ses composants, et cette définition s'applique à la musique aussi bien qu'aux autres arts et aux sciences, où elle donne lieu à divers dérivés (harmonieux, harmonique, etc.).

2. Dans la musique grecque antique, le mot harmonia (« harmonie ») applique de manière précise la définition ci-dessus à la hauteur des sons musicaux et à la manière de les organiser. L'harmonie est donc, en ce qui concerne la hauteur, la science du rapport entre les sons, incluant l'étude des intervalles, de leurs groupements en éléments premiers (tétracordes, etc.), puis de l'agencement structuré de ceux-ci entre eux (gammes, systèmes, etc.). L'harmonie formait le premier stade des études musicales et se complétait par la rythmique, l'organique (science des instruments), la métrique, la poétique et l'hypocritique (c'est-à-dire la science de l'acteur et du déclamateur). On appelait harmoniciens (harmonikoï) les spécialistes des mesures d'intervalles au monocorde, généralement pythagoriciens.

3. En intitulant, en 1722, Traité de l'harmonie réduite à ses principes naturels l'ouvrage majeur d'où découle la théorie moderne, Rameau entend encore le terme « harmonie » au sens no 2 et multiplie les calculs de monocorde. Mais, plus que ses prédécesseurs, il étudie les intervalles en fonction des accords et de leurs enchaînements, dont il montre plus tard (Génération harmonique, 1735) la conformité avec la « résonance des corps sonores ». D'où sa formule novatrice : « La mélodie provient de l'harmonie et non pas l'inverse », à partir de laquelle le mot « harmonie » prendra désormais le sens qui est resté le sien.

4. Depuis le xviiie siècle, le mot « harmonie » désigne particulièrement la science des accords entendus verticalement, c'est-à-dire dans leur sonorité globale, ainsi que de leurs enchaînements, par opposition au contrepoint, qui envisage les rencontres de sons de manière « horizontale », à savoir par rapport aux lignes mélodiques superposées (punctum contra punctum), auxquelles appartient isolément chaque note de l'accord envisagé. Harmonie et contrepoint sont considérés comme les deux éléments complémentaires des études d'écriture musicale, et chacun d'eux donne lieu à une pédagogie plus ou moins figée, dotée de traités spéciaux et ouvrant sur des classes spécialisées dans les conservatoires. La distinction toutefois demeure quelque peu arbitraire, l'harmonie ne pouvant se concevoir sans intervention du contrepoint, ne serait-ce que pour l'étude des enchaînements d'accords. L'usage a donc établi une sorte de compromis, les traités d'harmonie faisant, en fait, une part importante à la marche des parties, et ceux de contrepoint se spécialisant dans un entraînement supplémentaire à diverses catégories cataloguées (renversable, mélanges, fleuri, etc.) artificielles, mais jugées formatrices.

Sous son aspect traditionnel, qui remonte dans ses grandes lignes à la seconde moitié du xviiie siècle, l'étude de l'harmonie se limite quelque peu arbitrairement, en France du moins, à un exercice consistant à compléter, « à la muette », un ensemble à 4 voix (beaucoup de traités conservent encore les clefs d'ut archaïques), dont l'une des parties, chant ou basse (cette dernière chiffrée ou non), est donnée à l'avance. On la divise arbitrairement en harmonie dite consonante (accords de 3 sons) et dissonante (autres accords), et elle exige en moyenne de deux à quatre ans d'études. Une clause de style, introduite depuis peu, fait accoler à son nom l'épithète restrictive d'« harmonie tonale », mais il n'existe aucun traité d'harmonie « atonale » répondant à d'autres critères que ceux de conventions arbitraires établies par leurs auteurs. La rénovation des études d'harmonie demeure actuellement l'une des tâches urgentes de la pédagogie musicale.

5. Par dérivation généralisatrice, on donne quelquefois le nom d'« harmonie » à la conception d'ensemble qui, à une époque ou dans un style donnés, conditionne la manière de s'exprimer en musique, spécialement dans le choix des accords et la manière de les enchaîner (harmonie classique, romantique, moderne).

6. On emploie en orchestration le terme d'« harmonie » pour désigner l'ensemble des instruments à vent, divisés en petite harmonie (bois, incluant les flûtes bien qu'elles soient désormais en métal) et grande ou grosse harmonie (cuivres). On appelle orchestre d'harmonie, ou harmonie tout court, un orchestre formé des vents (et éventuellement percussions), à l'exclusion des cordes, dont cependant on conserve quelquefois les contrebasses et, exceptionnellement, les violoncelles.