En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

ground ou ground bass

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Ce terme correspond, dans la terminologie anglaise, à la basse obstinée.

Il peut désigner soit une suite de notes ou d'harmonies obstinées, soit la composition tout entière construite sur ce schéma. Le ground peut être harmonique ou mélodique. Dans le premier cas, le plus ancien (xiiie et début du xive s.), il diffère peu de la basse obstinée continentale. Le cas du ground mélodique est plus particulier. Il apparaît surtout aux xviie et xviiie siècles et peut parfois désigner une œuvre de type passacaille ou chaconne. Son emploi, non réservé à la musique de clavier, s'étend aux pièces vocales et orchestrales. L'une de ses caractéristiques est le déplacement fréquent de la formule mélodique obstinée de la basse aux voix supérieures. On trouve de très nombreux exemples de ce type de grounds dans la musique de John Blow et de Henry Purcell, qui les emploie même dans ses opéras. Ces deux compositeurs ont d'ailleurs enrichi les ressources d'une forme a priori limitée par son caractère obstiné, en décalant, par exemple, les séquences mélodiques des voix supérieures par rapport à la basse, parvenant même parfois, par cet artifice, à dissimuler la basse obstinée.