En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

frottola

(ital. ; de frocta : « mélange de pensées et de faits rassemblés au hasard »)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».

Terme qui désigne une composition polyphonique vocale, populaire en Italie au xve siècle, de forme strophique simple et caractérisée par un refrain.

Le plus souvent, les strophes sont de six vers octosyllabes (4 + 2). La musique comporte deux sections, chacune de deux phrases. L'écriture, à 4 voix, est généralement homorythmique, la mélodie facile d'un ambitus réduit, les voix les plus importantes étant le superius et la basse, cette dernière remplissant déjà une fonction harmonique. Un rythme initial fréquemment employé est le suivant : (par exemple, Ostinato vo' seguire de B. Tromboncino). La poésie, écrite pour être mise en musique, est souvent banale et surtout frivole. Quant à l'interprétation, la formule à adopter est libre. Fr. Bossinensis, par exemple, a laissé des transcriptions de frottole pour voix seule et luth.

Le centre d'activité des compositeurs de frottole se trouve à Mantoue à la cour d'Isabella d'Este, entre 1470 et 1530 environ. Deux compositeurs particulièrement actifs dans ce domaine sont Bartolomeo Tromboncino et Marco Cara. Une importante collection de frottole a paru chez O. Petrucci à Venise entre 1504 et 1514. Proches de la frottola sont le strambotto et l'oda.